Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire, Poesie, Bur, 2008, pag. 194

Toujours

A Madame Faure-Favier

Toujours

Nous irons plus loin sans avancer jamais

 

Et de planète en planète

De nébuleuse en nébuleuse

Le don Juan des mille et trois comètes

Même sans bouger de la terre

Cherche les forces neuves

Et prend au sérieux les fantômes

 

Et tant d’univers s’oublient

Quels sont les grand oublieurs

Qui donc saura nous faire oublier telle ou telle partie du monde

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: